simplementpro

Chronique de « Ornicus », tome 2 de Gabrielle Boyer

Titre : Ornicus – Tome II. Virtuel insanity

Auteur : Gabrielle Boyer 

Éditeur Librinova

Genre : policier

Format : Papier, 225 pages – 13,90 € ; Numérique, 3,49 €

ISBN : 9791026256335

Sortie : le 9 juin 2020

Résumé 

Septembre 2019. Mathieu. Sacha.

Le premier, nouvellement surveillant dans un collège parisien, s’empêtre dans un réseau de pédopornographie, alors qu’il sent le désespoir poindre à mesure de son intégration.

Le second, toujours policier, mais désormais à Paris, se remémore malgré lui une ancienne affaire à la réception de la lettre de Jeanne, jeune fille en deuil de son frère, Louis, assassiné il y a 2 ans. L’adolescente lui confie enfin ce qu’elle n’avait pu avouer au moment des faits, mais Sacha ne tient pas à s’investir davantage bien que les confessions confortent ses théories.
Leur volonté ainsi mise à mal, chacun des deux hommes dérive en fixant un même point dans leur horizon.

La vérité sur la disparition de Louis émergera-t-elle enfin ? Et Mathieu, trouvera-t-il sa réalité ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Gabrielle Boyer pour l’envoi de ce service presse. Il y a un an presque jour pour jour sortait le premier tome d’Ornicus. Il s’agissait alors de son premier roman et j’avais beaucoup apprécié sa construction plutôt originale, le suspense permanent, mais beaucoup de questionnements restaient encore à la fin et j’étais impatiente de connaître la suite pour avoir des réponses… 

 Mathieu, surveillant dans un collège, se lie d’amitié avec Thomas, prof de sport. Celui-ci le drague avec insistance et l’initie même à sa passion : la pédopornographie. Mathieu rejoint le site et découvre un univers qui lui est inconnu. En sortira-t-il indemne ? Sacha, toujours policier, reçoit un courrier de Jeanne, la soeur de Louis, le petit garçon assassiné deux ans plus tôt, lui avouant enfin ce qu’elle n’avait pu dire à l’époque. Sacha hésite, il ne veut pas s’investir de nouveau sur cette affaire même si ces révélations renforcent toutes ses théories de l’époque. La vérité sur la mort de Louis sera-t-elle enfin révélée ? 

Ce second tome est assez différent du premier à bien des égards. Tout d’abord, on ne retrouve pas le côté poétique qu’on avait qui cassait un peu avec la noirceur de l’ensemble. En effet, dans le premier tome, une femme écrit des poèmes qui explique à priori l’enlèvement puis la mort de la victime. Ensuite, on a ici deux histoires qui se chevauchent, celle de Mathieu et celle de Sacha. On apprend à mieux connaître Sacha, c’est un homme mystérieux qui semble hanté par son passé et peut être colérique, taciturne. D’un autre côté, il peut être très protecteur, comme avec Jeanne, qu’il écoute patiemment, à qui il donne des conseils, pour qui il s’inquiète. La mère de Jeanne réapparait après deux ans d’absence, sa relation avec Sacha reste ambigüe. Il sert de tampon entre la mère et la fille, les aide à renouer tant bien que mal. Chacune gère la perte de Louis comme elle peut. 

Matthieu, lui, rejoint un réseau de pédopornographie. On le sent fragile, décalé, pas à sa place. Il semble chercher quelque chose : serait-ce une quête d’identité ? En tout cas, sa relation avec le prof de sport peut le montrer. Hommes, femmes, il ne sait pas trop ce qu’il veut. La violence dans le sexe l’excite, comme une recherche de rédemption. 

On se demande quel lien existe entre ces deux affaires. Pourquoi l’auteur nous emmène dans ces deux univers si distincts ? Vont-il se croiser à un moment ou à un autre ? Le suspense est haletant, on suit ces deux histoires en alternance, on est vraiment dans la noirceur avec ce réseau de pédopornographie qui semble fonctionner à grande échelle. Thomas ne donne pas beaucoup de renseignements sur les dirigeants, il ne dit pas non plus jusqu’à quel point il est investi. Certaines descriptions font froid dans le dos, on parle de violence, de sexe, c’est assez écoeurant. 

La plume de l’auteur est agréable, en revanche on trouve pas mal de fautes d’orthographe dans ce second tome, ce qui n’était pas le cas du premier, c’est dommage. Les rebondissements vont bon train, les révélations arrivent sur la fin laissant présager un troisième tome… 

Un second tome plutôt réussi, un univers sombre, glauque, une enquête pleine de suspense et de rebondissements. 

L’auteur

Originaire de Normandie, Gabrielle Boyer débute une série de romans avec « Ornicus », premier opus mêlant drame et polar.

Pour suivre l’auteur 

Facebook : https://m.facebook.com/pg/Ornicus/

Instagram : https://www.instagram.com/ornicus.g_boyer/

Aurore Et Ses Bulles, C'est L'association De Mes Deux Pages Aurore Et Ses Bulles De Couleurs Où Je Parle De Créations, De Créatrices, D'artisanat, De Made In France, J'y Crois Et J'adore Ça !! Je Teste Aussi Des Produits Et Vous Donne Mes Avis, Vous Y Trouvez Aussi Des Jeux Et Des Concours. Puis Ma Seconde Page Aurore Et Ses Bulles De Mots Où Je Fais Des Chroniques De Livres, Quelques Concours, Elle Existe Depuis Peu Et Est En Voie D'amélioration, Du Moins Je L'espère :) J'ai 42 Ans Je Vis Dans Le Sud Avec Papa Zours, Mon Mari Depuis 12 Ans, Ma Louloute De 10 Ans. Educatrice De Métier, J'ai Cessé Mon Activité Suite À Une Fibromyalgie Quelque Peu Envahissante ... Bonne Promenade Sur Ma Page :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :