netgalley

Chronique de « Un samedi soir entre amis » de Anthony Bussonnais

Titre : Un samedi soir entre amis

Auteur : Anthony Bussonnais

Éditeur : Préludes

Collection : Préludes noir

Genre : Policier/thriller

Format : Poche, 352 pages – 17,90 € ; numérique – 4,99 €

Sortie  le 21 septembre 2019

Lire un extrait 

Résumé 

Claire, inquiète, consulte à nouveau son portable. Il est vingt heures passées et son petit-ami, qui était censé venir la chercher, est introuvable. Cela fait bientôt six mois qu’ils sont ensemble, Claire le connaît bien. Medhi est toujours à l’heure.

François est extrêmement organisé. Grâce à lui, la soirée du samedi est devenue un évènement incontournable que ses voisins, choisis avec le plus grand soin, ne rateraient pour rien au monde. C’est le moment idéal pour décompresser et se relâcher.

En plein cœur de la forêt, Medhi est nu. Il tremble. Malgré l’obscurité, il parvient à repérer plusieurs personnes autour de lui, les rires vont bon train, tout le monde semble à la fête… Mais qu’attend-on vraiment de lui ?

Mon avis

Merci à Netgalley et Préludes pour ce service presse. Ce thriller m’a de suite interpellée quand j’ai lu le résumé. Un sujet difficile, d’actualité, poussé à l’extrême nous est proposé : le racisme au travers d’une chasse à l’homme. Dans un premier temps, ce roman a été publié sous le titre Chasse 160618 en 2018. Puis, en 2019, il remporte le prix les Talents de demain décerné par Kobo en partenariat avec Babelio et les Editions Préludes. Il est alors réédité sous son titre actuel. Forcément, c’est le genre qu’on a alors envie de découvrir !

Mehdi est enlevé alors qu’il vient chercher sa petite amie à leur point de rendez-vous habituel. Il se retrouve nu, dans les bois, entouré d’hommes et de femmes cagoulés et armés. Débute pour lui les pires heures de sa vie… Pendant ce temps, Claire s’affole, elle n’a pas de nouvelles de son amoureux, c’est inhabituel. Elle tente avec la famille de Mehdi de le trouver, mais personne ne sait où il est. Elle ne peut même pas se confier à sa famille, ils ne sont pas au courant. Ses parents ne l’accepteraient pas. Ils sont racistes. Une longue attente commence pour Claire et sa belle-famille…

Dès le départ, on sait ce qu’il va se passer, alors on peut se dire qu’au niveau du suspense, on va vite s’ennuyer. Mais, en fait, non ! Mehdi se retrouve lâché au milieu d’une forêt, entouré d’un groupe prêt à le tuer. Ce groupe est d’ailleurs assez hétéroclite : hommes et femmes, jeunes et vieux, notables et même le simplet du village. C’est une assemblée plutôt étrange mais elle est en tout cas unie par une même conviction : la haine de l’étranger. On est dans la France profonde, où les idées sont transmises de génération en génération. L’effet de groupe est très présent, la haine des uns échauffe celle des autres. Mehdi devient le gibier et ils vont s’offrir une belle partie de chasse. Ça semble irréel, et pourtant combien de fois avons-nous entendu parler de passage à tabac au journal télévisé ? Trop souvent… De l’autre côté, on a Claire, l’amoureuse. Elle est loin de toutes ces convictions d’une autre époque. Malheureusement, elle vit au milieu d’une famille xénophobe, bien sûr les récits vont se croiser. On est en plein Ramadan, la famille de Mehdi est dans l’attente, ce sont des personnes d’une grande humanité, présents pour Claire, l’enveloppant de leur amour malgré la douleur. On s’énerve après les gendarmes qui ne font rien, forcément un majeur est libre de ses mouvements, on a envie de leur crier qu’ils se trompent.

On tourne les pages frénétiquement, on vit le calvaire du jeune homme avec lui, on espère, on cherche une issue, même si on se doute qu’elle risque d’être mortelle. Les mots sont durs; violents, crus parfois, la plume de l’auteur acérée. On imagine un final heureux « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants », mais plus on avance, plus on s’inquiète. Et c’est là que le suspense qu’on pensait impossible est en fait très présent, que va-t-il advenir de Mehdi ? Ce jeune homme si courageux qui a soutenu son père face à la maladie jusqu’à l’obliger à s’en sortir, ce jeune homme amoureux qui ne demande qu’à vivre son histoire maintenant qu’il a trouvé celle qu’il cherchait. Il a froid, il fuit, il court.

Je recommande vivement ce thriller , le sujet est d’actualité, l’histoire vous marquera au fer rouge. Âmes sensibles s’abstenir.

Citation 

Le fait est que, par ici, dans la France profonde, le racisme est ordinaire. Mehdi l’a maintes et maintes fois constaté. On dit « bougnoule » comme on dit « négro ». Sans gêne. En riant, même. Mais les gens vous diront qu’ils ne sont pas racistes. Non, c’est juste qu' »il y a trop d’immigrés », « trop d’Arabes ». Qu' »ils n’ont pas à nous imposer leur religion », « leur religion de terroristes ». « Mais je ne dis pas ça pour toi », le rassurent ceux osent sortir ces clichés devant lui. Mehdi ne compte plus les fois où on lui a avoué :  » Je n’aime pas les Arabes, mais toi je t’aime bien ». Cette phrase résume à elle seule la stupidité de leur raisonnement. Si tant est qu’ils raisonnent. Car en réalité ils ne connaissent pas d’Arabes (ou alors un ou deux, mais qui ne sont pas représentatifs, à leur avis), n’ont aucune idée ni de ce qu’est l’Islam ni du contenu du Coran. 

L’auteur

Anthony Bussonnais est né dans le Maine-et-Loire et travaille dans une coopérative. En 2015, il se lance dans l’écriture de son premier thriller qu’il auto-publie l’année suivante. 

Pour suivre l’auteur 

Site : https://www.anthonybussonnais.fr/

Facebook : https://www.facebook.com/A.Bussonnais/

Instagram : https://www.instagram.com/anthony_bussonnais/

Twitter : https://twitter.com/Anthony_Bxxxxxx

Aurore Et Ses Bulles, C'est L'association De Mes Deux Pages Aurore Et Ses Bulles De Couleurs Où Je Parle De Créations, De Créatrices, D'artisanat, De Made In France, J'y Crois Et J'adore Ça !! Je Teste Aussi Des Produits Et Vous Donne Mes Avis, Vous Y Trouvez Aussi Des Jeux Et Des Concours. Puis Ma Seconde Page Aurore Et Ses Bulles De Mots Où Je Fais Des Chroniques De Livres, Quelques Concours, Elle Existe Depuis Peu Et Est En Voie D'amélioration, Du Moins Je L'espère :) J'ai 42 Ans Je Vis Dans Le Sud Avec Papa Zours, Mon Mari Depuis 12 Ans, Ma Louloute De 10 Ans. Educatrice De Métier, J'ai Cessé Mon Activité Suite À Une Fibromyalgie Quelque Peu Envahissante ... Bonne Promenade Sur Ma Page :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :