simplementpro

Chronique de « Psychodrome » de VII

Titre : Psychodrome 

Auteur : VII

Éditeur : Sonatine Artistes

Genre : science-fiction

Format : Broché – 204 p. – 16,99 € ; numérique – 3,99 €

Sortie : le 3 mars 2020

Résumé 

Il y aurait tant à dire sur Louie Zenher : psychologue excentrique, amateur de jazz expérimental, farouche activiste anti-carcéral… Le problème c’est que c’est un homme qui ne dort plus. En tentant de remédier à ses insomnies, il tombe dans le piège que lui tendent les laboratoires Mentha. Contre son gré, il se retrouve expédié en 2039 en tant que candidat pour une extravagante émission de télé-réalité : le Psychodrome. Mais Zenher n’est pas du genre à se plier aux normes et compte profiter de l’occasion pour secouer les générations futures.

À la fois sarcastique et engagé, VII nous dépeint un avenir où la société du spectacle a tout écrasé sur son passage, où le voyeurisme a été érigé en véritable vertu collective. Un roman sans concession après lequel il vous sera difficile de continuer à penser comme avant.

Mon avis

 Tout d’abord, je tiens à remercier VII pour l’envoi de ce service presse. Comme à mon habitude, je privilégie toujours les jeunes auteurs, j’aime découvrir de nouvelles plumes, de nouveaux univers. VII propose ici un roman de science-fiction nous emmenant dans une émission de télé-réalité en 2039. Le sujet m’a de suite intéressée, certes ici l’action se passe dans 20 ans, mais la télé-réalité fait pourtant déjà partie de notre quotidien. Alors, comment l’auteur allait-il l’aborder dans ce roman ? 

Louis Zenher est psychologue, amateur de jazz expérimental, très excentrique : adepte des spartiates/chaussettes, chemises bariolées ou cravates bigarées, on ne peut pas le louper. Le grand malheur de Louis, c’est qu’il ne dort plus, il a même été sujet à des crises psychotiques. Un de ses confrères le recommande à un Laboratoire afin de l’aider à se soigner. Louis accepte, mais contre son gré, le laboratoire l’envoie dans le futur dans une émission de télé-réalité où il se retrouve enfermé avec son pire ennemi, le professeur Malherbe. Vont-ils réussir à cohabiter durant une semaine ? Fervent activiste, Zehner veut en profiter pour laisser un message aux générations futures.

VII propose un roman à la fois très engagé et sarcastique. J’ai eu beaucoup de mal à me plonger dans l’univers de l’auteur pour plusieurs raisons. La première, c’est que le roman reçu avait un problème d’édition. J’ai dû le lire à l’envers comme les mangas (je comprends maintenant pourquoi je n’en lis pas !!), ce qui m’a quelque peu perturbée… mais cela reste un détail. Ensuite, et surtout, c’est que l’univers proposé est gore, vulgaire,parfois violent et, là, j’ai un peu plus de mal. En effet, l’émission de télé-réalité est vraiment trash, les téléspectateurs adorent ça en plus ! On est dans le voyeurisme pur, le public attend avec délectation les pires moments, les punitions qu’on va pouvoir infliger aux deux participants. Le présentateur est totalement déjanté, sadique, vulgaire. La productrice ne pense qu’à manger, passe son temps à hurler. Bref, un monde qui m’a mis très mal à l’aise, mais n’est-ce pas le but recherché au final ? Avec ce roman, VII ne cherche-t-il pas à nous bousculer ? Il s’attaque au voyeurisme télévisuel, au système carcéral, à la société en général. On parle de télé-réalité dans 20 ans, mais ces dérives ne sont-elles pas déjà amorcées à notre époque ? Un message d’avertissement ? On se pose la question de l’héritage culturel que l’on laisse à notre jeunes générations. 

L’auteur décrit les choses abruptement, sa plume est corrosive, son humour grinçant, mais on voit aussi un grand travail de réflexion. 

Ce roman laisse donc à réfléchir sur notre présent car il pose un regard sans concession sur notre société et notre futur. 

L’auteur

Adepte d’une science-fiction insurrectionnelle et introspective, VII se définit lui-même comme un auteur d’anticipation sociale. Dans ses livres, il analyse notre présent et s’inscrit dans la lignée des écrivains de fiction spéculative des années 70 à laquelle on rattache Thomas M. Disch, J. G. Ballard ou Michael Moorcock. La monstruosité des corps, la perte de contact avec la réalité, les architectures angoissantes : les thèmes récurrents qui traversent ses récits nous poussent à nous interroger sur le monde moderne et ses obsessions. Farouchement indépendant, il publie son premier roman à l’âge de 24 ans (Les fleurs de Lazare) et poursuit une carrière musicale prolifique avec plus d’une dizaine d’albums à son actif

Pour suivre l’auteur 

Facebook : https://www.facebook.com/VII.EcrivainSF

Instagram : https://www.instagram.com/septrapnrevenge/

Site : https://antimonde.com/

Youtube : https://www.youtube.com/user/RapandRevenge

Aurore Et Ses Bulles, C'est L'association De Mes Deux Pages Aurore Et Ses Bulles De Couleurs Où Je Parle De Créations, De Créatrices, D'artisanat, De Made In France, J'y Crois Et J'adore Ça !! Je Teste Aussi Des Produits Et Vous Donne Mes Avis, Vous Y Trouvez Aussi Des Jeux Et Des Concours. Puis Ma Seconde Page Aurore Et Ses Bulles De Mots Où Je Fais Des Chroniques De Livres, Quelques Concours, Elle Existe Depuis Peu Et Est En Voie D'amélioration, Du Moins Je L'espère :) J'ai 42 Ans Je Vis Dans Le Sud Avec Papa Zours, Mon Mari Depuis 12 Ans, Ma Louloute De 10 Ans. Educatrice De Métier, J'ai Cessé Mon Activité Suite À Une Fibromyalgie Quelque Peu Envahissante ... Bonne Promenade Sur Ma Page :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :