chronique,  simplementpro

Chronique de « Le premier jour de l’hiver » de Sylvain Boutelier

 

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un livre que j’ai terminé il y a quelques jours déjà. Mais pour en faire la chronique, il m’a fallu digérer le contenu. C’est un témoignage difficile, qui m’a beaucoup remuée. Quand l’auteur m’a contactée pour faire la chronique de son livre, j’ai été ravie. En effet, le résumé me touchait beaucoup en tant que maman déjà mais aussi en tant qu’éducatrice. « Le premier jour de l’hiver » est un témoignage raconté par un papa, Sylvain Boutelier. Merci à lui pour ce service presse et merci à Simplement pour leur confiance. 

Titre : Le premier jour de l’hiver

Auteur : Sylvain Boutelier

Editeur : Editions Coëtquen

Genre : témoignage 

Collection : récit 

Format : Broché 144 pages, 13 € Ebook  6,99 €

Sorti le 2 septembre 2019 (réédition)

Envie de lire un extrait ? : https://www.coetquen.fr/medias/files/le-premier-jour-de-l-hiver-1.pdf

Résumé

« — Un enfant, ça ne se laisse pas mourir de faim ! Si elle ne mange pas à un repas, laissez-la. Elle mangera plus au suivant.
Ces discours, énoncés tels des proverbes, fonctionnent peut-être avec des enfants au chemin rectiligne, mais pas avec Lalie. »

Face au trouble de l’oralité*, devenir une petite fille comme les autres n’est pas chose aisée. Lalie incarne l’héroïne d’un livre qui nous transporte de l’émotion à l’espoir, de la colère à la réflexion. Ce manifeste de la volonté fait vivre le combat de ses parents, pour parvenir petit à petit à la faire avancer, et l’aider à devenir une petite fille comme les autres. Il nous interroge sur le monde médical, le sens de la vie, le rapport aux autres. À l’heure où la place de la femme dans la société est une question centrale, ce témoignage a aussi la particularité d’être le regard d’un papa, l’évocation de ses réussites, de ses échecs et de ses faiblesses face à la force de l’instinct maternel.

Mon avis 

Pauline et Sylvain, jeune couple, attendent un heureux événement. Comme tous parents, la vie est belle, remplie de projets, de joie, ils sont heureux. Mais durant la grossesse, Pauline fait des malaises, quelque chose ne va pas. Après examens, les parents découvrent que leur bébé a un « souci ». Arrivent alors les batteries d’examens, les suppositions de médecins, les longues heures d’attente pour finalement apprendre que leur fille a une malformation au niveau du système digestif qui devra être opérée dès la naissance. Mais au fur et à mesure de la grossesse, de nouvelles anomalies sont découvertes. La petite Lalie naît le premier jour de l’hiver, prématurée, avec de graves problèmes de santé : outre ses problèmes digestifs, elle a également une fente palatine (qui l’empêche de têter correctement), un grave problème au niveau des reins et de la vessie et un trouble de l’oralité. Le trouble de l’oralité est peu connu. Il recouvre l’ensemble des difficultés de l’alimentation par voie orale. (voir fin de la chronique).

Dès la naissance de Lalie, Pauline et Sylvain vont accompagner leur fille dans son combat. Elle va subir de nombreuses opérations pour survivre et tenter de vivre une vie de petite fille comme les autres. 

Ce témoignage, c’est le papa qui nous le livre, il nous raconte tout du début de la grossesse à aujourd’hui. Il explique le long combat mené par sa femme déjà, sa souffrance, son courage. Pauline n’a jamais baissé les bras et s’est battue pour sa fille. Il nous explique les difficultés rencontrés dans leur parcours médical : les médecins qui, à force de voir des patients, se « déshumanisent », ceux qui croient tout savoir, ceux qui ne les écoutent pas, ou qui n’ont parfois même pas lu le dossier, le personnel pas toujours à l’écoute mais aussi ceux qui les ont accompagnés au plus près, qui ont compris leur détresse. Sylvain nous raconte aussi sa descente aux enfers, sa dépression, les amis qui s’éloignent, il laisse tomber le masque, se met à nu. Il écrit sans artifice, d’une plume fluide, nous livre tout. C’est une sensation étrange de voir tout cela du point de vue masculin ; Mais Sylvain a eu la délicatesse de ne pas se cacher derrière un masque d’homme viril et a préféré nous montrer sa fragilité et leur combat pour leur fille. 

Un magnifique témoignage, à lire absolument, écrit avec un style simple et efficace. Un témoignage qui nous rappelle à tous que les petits maux du quotidien ne sont pas si graves tout compte fait. Lalie en est la preuve vivante!! 

L’auteur 

L’auteur, Sylvain Boutelier, est originaire des Hauts de France. Après des études de lettres modernes, il passe le concours de Professeur des écoles qu’il obtient. Il enseigne dans différentes écoles de la région puis fonde une famille.  Le syndrôme polymalformatif qui touche sa petite fille marque un tournant dans son existence, c’est pour lui un véritable enseignement de vie.

« Je suis professeur des écoles depuis 13 ans, auteur du livre « Le premier jour de l’hiver », j’aime la musique, la culture, le bricolage, la nature. »

Pour suivre l’auteur :

Instagram : https://www.instagram.com/sylvain.boutelier/

Facebook : https://www.facebook.com/histoiredelalie/

*Quelques éléments sur le trouble de l’oralité :

L’oralité désigne l’ensemble des activités orales, c’est-à-dire réalisées par la bouche. L’oralité alimentaire et l’oralité verbale en sont les deux facettes. 

L’oralité se forme avant la naissance lorsque le fœtus explore sa bouche avec ses doigts ou ses orteils et qu’il déglutit le liquide amniotique. Ces premières explorations entraînent le réflexe de « succion-déglutition », première étape de l’oralité.

Dans le cas de Lalie, née prématurément, et qui ne pouvait pas manger à cause des problèmes digestifs elle n’a pas pu exercer sa bouche aux mouvements indispensables.

La bouche est alors peu stimulée et mal investie par l’enfant. Le trouble de l’oralité s’installe alors à long terme, quand on amène ensuite l’enfant à l’alimentation, ce n’est pas qu’il ne veut pas manger mais il ne peut pas manger. Ce n’est pas psychologique mais physiologique.  L’orthophoniste pourra aider l’enfant à prendre conscience de son corps afin qu’il accepte de se nourrir progressivement mais cela demande un travail de longue haleine. 

 

Aurore Et Ses Bulles, C'est L'association De Mes Deux Pages Aurore Et Ses Bulles De Couleurs Où Je Parle De Créations, De Créatrices, D'artisanat, De Made In France, J'y Crois Et J'adore Ça !! Je Teste Aussi Des Produits Et Vous Donne Mes Avis, Vous Y Trouvez Aussi Des Jeux Et Des Concours. Puis Ma Seconde Page Aurore Et Ses Bulles De Mots Où Je Fais Des Chroniques De Livres, Quelques Concours, Elle Existe Depuis Peu Et Est En Voie D'amélioration, Du Moins Je L'espère :) J'ai 42 Ans Je Vis Dans Le Sud Avec Papa Zours, Mon Mari Depuis 12 Ans, Ma Louloute De 10 Ans. Educatrice De Métier, J'ai Cessé Mon Activité Suite À Une Fibromyalgie Quelque Peu Envahissante ... Bonne Promenade Sur Ma Page :)

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :