simplementpro

Chronique de « Ornicus » de Gabrielle Boyer

Titre Ornicus

Auteur : Gabrielle Boyer 

Éditeur : Librinova

Genre : policier

Format : Papier, 137 pages – 13,90 € ; Numérique, 3,99 €

Sortie : le 19 juin 2019

Résumé 

Stefan Brama et Sacha Apolline s’emparent de l’enquête de la disparition de Louis, garçonnet de 8 ans, disparu un soir de vacances. Enchaînant rapidement les auditions des voisins, aucune véritable piste n’en ressort et les deux policiers sont particulièrement perplexes face à l’attitude de la mère. Alors que Stefan voudrait bien se débarrasser de l’enquête, Sacha s’investit comme il peut, touché par la détresse de Jeanne, jeune sœur de Louis.
Ce mois d’août 2017 va faire basculer certains destins, là où un autre reste inéluctablement hanté par la mort.

Mon avis

Un soir d’été, un petit garçon de 8 ans, Louis,  joue au foot avec sa sœur et les deux enfants des voisins. Il part chercher le ballon qui a été dégagé trop loin mais ne revient pas. Les voisins, alertés partent à sa recherche puis alertent la police. Stefan Brama et Sacha Apolline sont saisis de l’enquête. Ils arrivent sur les lieux et doivent interroger tous le monde : des vacanciers pour la plupart et la propriétaire de la maison où résident la maman de Louis. Cette maman est complètement renfermée et son attitude n’aide pas les deux policiers. Jeanne, la petite sœur, tente d’aider au mieux, mais au fil des jours, elle aussi se renferme et semble cacher des secrets. Les voisins sont tous interrogés : les Belges semblent peu enclins à collaborer, leur fille reste muette, les parents ne la laisse pas s’exprimer. La propriétaire est très volubile mais surtout pour critiquer. On parle d’un homme suspect. Il s’agit du fils de cette dernière, un vieux garçon qui vient l’aider parfois. Est-ce l’un des voisins qui a enlevé l’enfant ? Un étranger ? Il n’y a aucun passage dans cette rue… La mère peut-elle être responsable de la disparition ? Son attitude ne plaide pas en sa faveur. Quand le petit garçon est retrouvé mort, l’enquête va s’avérer compliquée. 

Je tiens à remercier Gabrielle Boyer pour l’envoi de ce service presse. Il s’agit de son premier roman. Amatrice de polar, je me suis empressée d’accepter. La couverture est quelque peu étrange : très sombre, on distingue difficilement le dessin, elle a un côté inquiétant, glauque. Le sujet reste un classique du genre, les disparitions d’enfants sont un sujet que l’on retrouve dans beaucoup de romans aujourd’hui. Mais, l’auteur a su se démarquer en l’abordant de façon assez originale. Tout d’abord, on retrouve à plusieurs reprises des poèmes, apparemment écrits par une femme, qui explique l’enlèvement puis la mort de la victime. Elle ne détaille rien mais semble investie d’une mission, une vengeance à priori. On ne comprendra les raisons qu’à la fin, dénouement d’ailleurs inattendu. Du coup, on se pose beaucoup de questions sur l’identité de cette personne car parmi toutes les personnes présentes dans ce livre, beaucoup pourraient être coupables. On pense trouver la réponse, puis on doute, puis la chronologie des événements nous montre que nos convictions s’écroulent. Bref, on suit le récit sans jamais être sûr.

La mère est perturbante, elle a des réactions incompréhensibles. Elle est renfermée, tétanisée, ne collabore pas. Chaque personne réagit différemment face à un choc mais cette femme est réellement antipathique. Plus l’enquête avance, plus ses réactions sont dérangeantes. Les deux policiers sont très différents et complémentaires à la fois : Sacha est abrupt, désagréable la plupart du temps. Célibataire, il semble cacher des secrets sur son passé. On aimerait comprendre ce dont il s’agit car il en parle vaguement à un moment mais sans aller plus loin, peut-être en saurons-nous plus dans le tome 2 ? Son collègue, Stefan est en couple, a des enfants, c’est un homme beaucoup plus sensible. Il est souvent malmené par son collègue mais malgré tout, les deux hommes se sont liés d’amitié. Stefan et Sacha se querellent souvent, Stefan veut absolument caser son collègue. Malgré son air revêche, Sacha a été très touché par la petite Jeanne pendant cette enquête ce qui est assez rare chez lui.

On suit donc l’enquête avec attention, le roman est court et se lit rapidement. Le dénouement n’est pas forcément celui qu’on attendait. L’auteur laisse pas mal de zones d’ombres, donne des semi-réponses, ouvre des portes, notamment sur le passé de Sacha, conclut en laissant des doutes sur les motivations des uns ou des autres. La suite doit paraître, j’espère que les réponses seront données à ce moment-là…

Un premier roman plutôt réussi avec une construction originale, des idées intéressantes, une écriture simple et efficace. J’espère avoir certaines réponses dans le tome 2 !! 

L’auteur

Originaire de Normandie, Gabrielle Boyer débute une série de romans avec « Ornicus », premier opus mêlant drame et polar.
 

Pour suivre l’auteur 

Facebook : https://m.facebook.com/pg/Ornicus/

Instagram : https://www.instagram.com/ornicus.g_boyer/

Aurore Et Ses Bulles, C'est L'association De Mes Deux Pages Aurore Et Ses Bulles De Couleurs Où Je Parle De Créations, De Créatrices, D'artisanat, De Made In France, J'y Crois Et J'adore Ça !! Je Teste Aussi Des Produits Et Vous Donne Mes Avis, Vous Y Trouvez Aussi Des Jeux Et Des Concours. Puis Ma Seconde Page Aurore Et Ses Bulles De Mots Où Je Fais Des Chroniques De Livres, Quelques Concours, Elle Existe Depuis Peu Et Est En Voie D'amélioration, Du Moins Je L'espère :) J'ai 42 Ans Je Vis Dans Le Sud Avec Papa Zours, Mon Mari Depuis 12 Ans, Ma Louloute De 10 Ans. Educatrice De Métier, J'ai Cessé Mon Activité Suite À Une Fibromyalgie Quelque Peu Envahissante ... Bonne Promenade Sur Ma Page :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :