simplementpro

Chronique de « La paysanne de Laurent Delépine

Titre : La malédiction des joyaux, Tome 1 : La paysanne

Auteur : Laurent Delépine

Editeur : auto-édition

Genre : fantasy

Format : Papier, 466 pages – 19,50€, numérique – 3,99 € 

Sortie : le 11 avril 2019

Résumé 

Cela fait quatre-vingts ans que les tyrans ont été vaincus, laissant un monde en ruine aux pluies mortelles.

Ces dernières années, la chronique était défrayée par Deirane, la belle paysanne devenue reine. Mais elle ne fait plus parler d’elle depuis quelque temps et tout le monde la croit morte. Pourtant, lorsqu’une enfant est vendue comme esclave, elle réapparaît afin de lui éviter de subir le même sort qu’elle. De façon inattendue, elle reçoit l’aide d’une ancienne amie. Une aide qui se révèle pas si désintéressée que cela. Et il semble que celui qui a acheté la jeune paysanne est le tortionnaire qui a fait autrefois de Deirane ce bijou vivant objet de toutes les convoitises.

Mais tout ceci ne serait-il pas un piège destiné à la retrouver ? D’ailleurs, au juste, qui est la cible de tous ces complots ?

Mon avis

Avec les vacances, je n’ai pas chômé ! J’ai beaucoup lu… sur la plage, à mes moments perdus, j’ai pleinement profité de mes instants de liberté. En revanche, j’ai pris un retard monumental dans la rédaction de mes chroniques… Je reprends donc le chemin du blog pour partager avec vous mes lectures. Tout d’abord, je tiens à remercier Laurent Delépine pour ce service presse, je suis une adepte de fantasy et je dois avouer que ce roman est d’une grande qualité. Cela faisait un petit moment que je n’avais pas pris autant de plaisir à lire un livre dans cette catégorie, le dernier en date m’ayant autant marqué étant le tome 1 de « Les chroniques des secondes heures de Tanglemhor »d’Azaël Jhelil !

L’univers proposé par l’auteur est riche, Laurent Delépine a créé de toutes pièces son univers, un système de temps différent, ses peuples avec leurs propres coutumes, leurs langues. On va donc rencontrer les Drow, les Backws, les humains, les stoltz… Deirane est une humaine, qui, petite, a été enlevée par un Drow qui a fait d’elle une « oeuvre d’art » : il lui a intégré des pierres précieuses et du fil d’or sur tout le corps, le tout protégé par un sort démoniaque afin que personne ne puisse les retirer ou la tuer. Deirane se considère dès lors comme un monstre. Son père, Jensen, la conduit chez les Bawcks, afin de rencontrer un de leurs chamans. Sur la route, ils font la connaissance de Festor et Jalia, deux stoltzens qui se rendent au même endroit. Malheureusement, dans la tribu rien ne va se passer comme prévu et Deirane repart avec ses joyaux et une dette à venir. Afin d’échapper à la colère des habitants de son village, elle doit fuir. Commence pour elle une vie loin des siens.

Au début du livre, on retrouve Deirane, 20 ans plus tard, accompagnée de son fils sur un marché d’esclave. Elle est là pour acheter une jeune fille mais un homme remporte l’enchère. En cherchant de l’aide, elle tombe alors sur une ancienne amie, une guerrière libre, qui va lui apporter son aide. Mais est-ce si désintéressé ? Qui mène réellement la danse au fond ?

Les chapitres alternent entre l’histoire présente et le passé de Deirane. On apprend à la connaître petit à petit et à mieux comprendre ce qu’elle a vécu. On comprend alors comment elle a rencontré chacun des personnages qu’elle croise, les voyages qu’elle a entrepris… J’ai eu beaucoup de difficultés à suivre les différents peuples et leurs habitudes au départ, il faut un certain temps avant de les situer complètement. On est dans un monde archaïque par certains côtés mais on retrouve chez certains peuples des objets disparus (qu’ils ne savent pas encore reproduire) très modernes, qui feraient penser à notre monde. L’auteur aborde différents sujets dans son roman : le racisme, le regard de l’autre, l’esclavage, l’écologie, les jeux de pouvoir, autant de sujets qui ne nous sont pas inconnus et qui sont malheureusement intemporels. La plume de l’auteur est fluide, le vocabulaire riche, les descriptions permettent de s’immerger dans cet univers complètement inconnu. Les émotions sont variées : l’humour est souvent présent, la tristesse quant à l’incompréhension entre les peuples ou face à l’esclavage par exemple, colère ou effroi face aux actes de barbarie de certains. Les personnages sont divers : attachants, détestables, plein de duplicité, on ne reste pas indifférent. Deirane, le personnage principal, a beaucoup mûri depuis son départ de chez ses parents. Les épreuves l’ont marquée, c’est une femme à la fois forte et toujours fragilisée par l’image qu’elle renvoie. Elle a retrouvé l’un de ses fils, Hester, et ne perd pas l’espoir de retrouver les autres, qui lui ont été retirés. Au présent, on la sent déterminée mais souvent les anciennes peurs prennent le dessus. Saalyn, la guerrière libre, son amie depuis 20 ans, est stoltz. Elle travaille pour les Pentarques qui dirige le pays et malgré son amitié pour Deirane, elle semble la manipuler afin d’arriver à ses fins. J’aime beaucoup cette femme, pleine d’humour, elle apporte un vrai plus au roman. On parle de Festor au début du livre, c’est d’ailleurs grâce à lui que Deirane va être prise en charge ensuite par sa sœur mais on ne le retrouve pas ensuite malheureusement. Pour être un peu pointilleuse, je dois quand même souligner deux petits points négatifs : le premier concerne la couverture. Je la trouve en effet trop terne, peu représentative de l’histoire et personnellement je ne me serais pas forcément attardée dessus et le second point concerne le premier retour dans le passé de Deirane. Elle est alors attablée avec les guerriers hélarials et décide de leur raconter ce qui lui est arrivée 20 ans plus tôt : il me semble que ceci est mal amené car on parle en effet de Deirane mais elle ne peut pas raconter ce qu’elle a fait et parler pour les autres, elle n’a pas le don d’ubiquité. Mais, ce sont de petits détails qui n’engagent que moi ! En revanche, la présence d’une carte au début du roman est bienvenu, ça m’a permis de mieux appréhender les lieux.

En conclusion, un premier tome riche en action, en rebondissements et en intrigues en tout genre !! Je le recommande vivement à tous les adeptes de fantasy, une fois commencé, on ne le lâche plus ! J’attends avec impatience le tome 2 maintenant. 

Citation

« – Et ce beau garçon est certainement ton fils. Et au vu de son âge, ça doit être l’aîné, Hester.

Le jeune homme fut interloqué.

– Comment me connaissez-vous ? demanda-t-il.

– Je t’ai mis au monde, répondit Saalyn.

Deirane leva un sourcil interrogateur qui n’échappa à aucun stoltz présent.

– D’accord, une sage- femme t’a accouché, mais ta mère reposait entre mes bras. 

Le regard de Deirane devint plus prononcé, attirant quelques rires. 

– Tu es dure Deirane. En fait, c’est Celtis, une jeune femme du personnel de l’ambassade qui soulageait ta mère, mais j’étais présente

-L’ambassade ? Mais quelle ambassade ?

– Tu es né dans l’ambassade d’Hélaria, à Sernos.(…)

(…)- En fait, Saalyn m’a beaucoup aidé pendant ta naissance. J’étais si occupée à la rassurer que cela a détourné mon attention de la douleur. Je crois même me souvenir qu’elle a tournée de l’œil. 

Des rires sardoniques accueillirent la révélation. Ainsi la plus célèbre guerrière d’Hélaria, après les pentarques jumelles, avait quelques faiblesses.

– Vous perdez quand même beaucoup de sang vous autres humains, plaida Saalyn. »

L’auteur

 

« Né en 1967, j’ai commencé à écrire des histoires dès le collège. Il s’agissait alors de fan-fiction de séries américaines ou d’histoires originales mais inspirées de ces mêmes séries. C’est à cette époque que les premiers éléments du monde d’Helaria commencent à se mettre en place.

En 2003, le monde est presque achevé quand je participe à des jeux de rôles en ligne. Ceux-ci permettrons de mettre en scène les principaux éléments d’Uv Polin et de créer ceux qui manquent. Calen, Saalyn, Deirane sont apparues pendant cette période. Mais c’est en 2009 que la rédaction de « La Paysanne » commence. Après une longue pause, je reprend le texte en 2015 et ne s’arrêtera plus, les suites et les nouvelles se succédant à un rythme tel que la publication prend de plus en plus de retard sur la rédaction.

Actuellement, je rédige le quatrième tome des aventures de Deirane et je me prépare à publier le deuxième. »

 

Pour suivre l’auteur 

Facebook : https://www.facebook.com/DeiraneDeJensen/

Site : https://helariapedia.wordpress.com

Twitter : https://twitter.com/LaurentDelepine

Aurore Et Ses Bulles, C'est L'association De Mes Deux Pages Aurore Et Ses Bulles De Couleurs Où Je Parle De Créations, De Créatrices, D'artisanat, De Made In France, J'y Crois Et J'adore Ça !! Je Teste Aussi Des Produits Et Vous Donne Mes Avis, Vous Y Trouvez Aussi Des Jeux Et Des Concours. Puis Ma Seconde Page Aurore Et Ses Bulles De Mots Où Je Fais Des Chroniques De Livres, Quelques Concours, Elle Existe Depuis Peu Et Est En Voie D'amélioration, Du Moins Je L'espère :) J'ai 42 Ans Je Vis Dans Le Sud Avec Papa Zours, Mon Mari Depuis 12 Ans, Ma Louloute De 10 Ans. Educatrice De Métier, J'ai Cessé Mon Activité Suite À Une Fibromyalgie Quelque Peu Envahissante ... Bonne Promenade Sur Ma Page :)

Un commentaire

  • Laurent Delépine

    Merci pour cette chronique.

    Vous avez raison sur un point : quand dans l’auberge elle raconte son passé à son amie, le chapitre qui suit n’est pas son récit, mais un retour en arrière sur les événements passés. Sa narration autour de cette table n’est qu’un pretexte pour la première partie sur sa jeunesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :