Autres

Chronique de « Et demain l’éternité » de Virginie Sarah Lou

Titre Et demain, l’éternité… Le café des âmes perdues

Auteur : Virginie Sarah Lou

Editeur : Editions Nouvelles Bibliothèques 

Genrelittérature adulte

Format : Papier, 417 pages –18 €, numérique – 6,99 €

Sortie : le 28 mai 2019

Résumé 

Comment réagir lorsqu’une Archange très prometteuse, mais au tempérament peu adéquat pour les Cieux, est renvoyée dans une nouvelle vie humaine malgré elle ? Juliette/Héri se retrouve ainsi ballottée entre 2 vies / 2 mondes : le passé va rattraper le présent et tout bouleverser. Une vie humaine normale, banale, et une vie angélique faite de rébellion et de passion. Sa vie terrestre – l’ultime – est une épreuve de rédemption. Elle va devoir affronter ses propres démons pour entrevoir qui se cache réellement derrière son âme…

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier Virginie Sarah Lou pour ce service presse. Lorsque j’ai parcouru les titres proposés par la maison d’édition, j’ai tout d’abord été interpellée par la magnifique couverture de son livre, une fée ? Quelque chose en tout cas qui y ressemblait. Bien sûr, ça me parle, puis ce titre très accrocheur, je suis donc allée lire le résumé. A défaut d’elfe ou de fée, on part dans le ciel chez les anges, lieu qui me plaît tout autant d’ailleurs. Un résumé simple mais qui en dit beaucoup et qui donne envie d’aller plus loin. Ce roman est le premier de l’auteur donc c’est avec plaisir que je suis partie à la découverte de cette nouvelle plume. 

Juliette a 22 ans, vient de passer ses derniers examens avant de rentrer dans la vie active. Pour elle, peu de suspense, elle est intelligente et n’a jamais eu de difficultés, elle sera diplômée. Avec ses deux amis, Nicolas et Suzie, ils aiment se retrouver dans un café assez atypique « le café des âmes perdues », tenu par Grégoire, un artiste refoulé, adorable et toujours souriant. Pour ses examens, Juliette reçoit une bague de la part de ses parents et à partir de là, d’étranges événements commencent. Juliette se sent transportée dans d’autres endroits. Peu à peu, des souvenirs vont affluer, la faisant voyager dans l’espace et dans le temps. Juliette va découvrir qu’elle fut à une époque HERI, Archange, et qu’elle a été bannie. Mais les souvenirs restent partiels, elle doit aussi réussir à concilier sa vie terrestre et sa vie d’ange. Elle découvre que Grégoire est son ange protecteur, il doit la guider mais il n’est pas seul, elle va retrouver son âme sœur qu’elle ne reconnait plus. Elle tente d’expliquer à ses amis et à sa mère ce qu’elle est, mais difficile de faire comprendre quelque chose de si compliqué, arrivera-t-elle à ne pas passer pour une folle ? Gardera-t-elle ses amis ? Beaucoup de ses souvenirs la ramènent vers des anges déchus, qu’a-t-elle fait avec eux ? Pourquoi a-t-elle été bannie ? Autant de questions auxquelles il lui faudra répondre pour avancer. 

Virginie Sarah Lou commence ce livre dans l’humour, on rencontre tout d’abord Juliette en 2019 à l’aube de ses 30 ans, qui fait un bilan de sa vie, elle se souvient des résultats d’examen 8 ans auparavant, parle des émissions de télé-réalité, des réseaux sociaux… J’ai eu l’impression de parler moi-même, c’est un peu un discours qu’on tient régulièrement « nos chers réseaux sociaux qui nous aidaient à avoir des amis ou ennemis virtuels. Et pourtant ce n’était encore que le début de tous ces phagocyteurs de cerveau« . Bref, un comparatif de génération assez drôle. Puis, elle nous emmène justement pour la suite 8 ans avant, en 2011. C’est là que Juliette va découvrir qui elle est. J’aime l’écriture de l’auteur, elle s’exprime avec aisance, sa plume est fluide, poétique parfois, drôle aussi. En commençant ma lecture, j’ai senti le feel-good sympathique mais je me suis rendue compte rapidement que c’était beaucoup plus profond. L’auteur aborde différents sujets : la religion tout d’abord. Elle nous parle de Dieu, mais à vous de voir le visage ou le nom que vous souhaitez y mettre, là n’est pas le sujet. Elle ne rentre pas dans l’histoire de La Bible, non !! Elle nous livre une construction de la Terre beaucoup plus intéressante, simple. Elle ne lui donne pas de visage, pas de discours préconçus mais plutôt des réflexions philosophiques ou amenant à réfléchir soi-même sur les choix que l’on fait, vous savez ce fameux « libre-arbitre ». Juliette va devoir faire des choix et c’est au travers d’eux que son histoire changera… ou pas. C’est l’histoire de chacun de nous, tout est question de choix. On alterne dans les chapitres entre 2012 et une vingtaine d’années auparavant dans le monde céleste. On en apprend un peu plus sur les différents anges, sur l’histoire de Juliette/HERI, sur les raisons de son bannissement. Un monde parallèle, fictif ? En tout cas, il questionne. J’ai eu envie de croire à la beauté de ce monde, à une suite possible. Je n’y avais jamais réellement pensé mais cette lecture m’a fait du bien et m’a donné envie de découvrir ce monde céleste. L’amitié entre les jeunes gens est touchante, on sent qu’ils tiennent les uns aux autres inconditionnellement : être cru par ceux qui nous aiment même devant l’impensable, être aidé par ceux qui nous entourent même quand cela nous dépasse, des notions que trop de gens oublient à l’heure actuelle en vivant dans l’individualisme. Quand on arrive à la fin, l’auteur nous assassine, nous offre une fin qu’on ne voulait pas. Je ne dis pas que la fin n’a pas de sens, loin de là mais elle n’est pas celle que je souhaitais en tout cas, mon côté fleur bleue certainement… 

Alors, à l’arrivée, « Et demain, l’éternité », c’est quoi ? feel-good, religion, fantastique, psychologie, philosophie ? c’est un peu de tout ça à la fois et bien plus encore. C’est vaste et agréable, on le lit d’une traite, on se sent emporté par l’histoire, envoûté par les événements, attiré par les personnages, j’ai adoré ! Du coup, je serais ravie de découvrir son second roman !  

Citations

« J’ai constamment été décalée par rapport aux autres, je le suis encore et je crois que je le serai toujours un peu… J’ai longtemps été angoissée avec le sentiment de ne pas être à ma place dans ce monde. Cela ne m’a pas empêchée d’être heureuse malgré tout. Maintenant, c’est plus de la déception mêlée à de l’indifférence qui domine. Déçue de l’intolérance et de la méchanceté souvent gratuite de mes pairs envers leurs semblables. De nos jours, pour être accepté – peut importe l’âge – il faut rentrer dans le moule du même, parler la même langue, porter les mêmes fringues, aller dans les mêmes endroits, regarder les mêmes séries, écouter la même musique, aimer les mêmes choses, rire aux mêmes blagues – souvent très pourries -, détester les mêmes personnes, avoir la même couleur de peau… Les années passent et il me semble que rien ne change, que rien ne va dans le bon sens. »

« Super, j’étais un Archange qui ne servait strictement à rien, à part aller de temps en temps sur Terre pour aiguiller les quelques âmes qui m’avaient confiées. La plupart n’écoutaient rien du tout à mes conseils : quel destin génial ! Franchement, avec le recul, le monde angélique était une vaste farce. On nous vendait le concept : vous êtes des êtres exceptionnels, vous avez eu suffisamment de vies humaines pour purifier vos âmes, tout ça pour quoi ? Pour passer notre temps à observer les humains sans agir concrètement su leur existence. En imageant, c’est comme si les humains regardaient toute une vie des fourmis au microscope et qu’ils devaient les accompagner dans l’accomplissement de leur destin, sans leur donner explicitement la bonne direction. Essayez de vous entendre, c’est charmant n’est-ce pas ?

J’étais une (ou un ? Il faudra creuser le sujet sur la féminisation de ce mot…) des rares Archanges pince-sans-rire et râleuse. Ils étaient tous si bien rangés, bien obéissants, bien cadrés. En fait, ils étaient tellement… ennuyeux. (…) »

L’auteur

Avec son premier roman « Et demain, l’éternité », Virginie soulève avec humour et légèreté des questions au sujet surnaturel et du sens de la vie, pour le plus grand plaisir des amateurs d’intrigue et de feel-good. C’est une histoire pour faire du bien, sourire… Mais aussi s’interroger, de manière simple, sur ce qui nous dépasse. Dans ce roman, on parle de quête d’identité, d’acceptation de soi, des relations avec les autres… Mais également du fait qu’une personne d’apparence ordinaire peut cacher un être exceptionnel…
Avec son second roman « Et si on oubliait l’avenir ? »,  Roman de l’Été 2019, finaliste du concours Télé-Loisirs – Fyctia, Virginie confirme sa plume feel-good. Rires et émotions se côtoient pour aborder des sujets de fonds : l’amitié, la bienveillance, la culpabilité, le deuil, l’acceptation de soi… Cette histoire est un récit pour faire du bien, sourire… Mais aussi s’interroger sur nos relations avec les autres. Dans ce roman, on parle de tolérance et encore une fois, on y découvre que des personnes d’apparence ordinaire peuvent cacher des êtres exceptionnels… Un écrit résolument humain et optimiste

Pour suivre Virginie Sarah Lou 

Facebook : https://www.facebook.com/etdemainleternite/

Site : http://www.etdemainleternite.com/

Pour suivre les Editions Nouvelle Bibliothèque 

Site : https://www.ednobi.com/

Page Facebook : https://www.facebook.com/editionsnouvellebibliotheque

Instagram : https://www.instagram.com/editionsnb/

Twitter : https://twitter.com/EditionsNb

Aurore Et Ses Bulles, C'est L'association De Mes Deux Pages Aurore Et Ses Bulles De Couleurs Où Je Parle De Créations, De Créatrices, D'artisanat, De Made In France, J'y Crois Et J'adore Ça !! Je Teste Aussi Des Produits Et Vous Donne Mes Avis, Vous Y Trouvez Aussi Des Jeux Et Des Concours. Puis Ma Seconde Page Aurore Et Ses Bulles De Mots Où Je Fais Des Chroniques De Livres, Quelques Concours, Elle Existe Depuis Peu Et Est En Voie D'amélioration, Du Moins Je L'espère :) J'ai 42 Ans Je Vis Dans Le Sud Avec Papa Zours, Mon Mari Depuis 12 Ans, Ma Louloute De 10 Ans. Educatrice De Métier, J'ai Cessé Mon Activité Suite À Une Fibromyalgie Quelque Peu Envahissante ... Bonne Promenade Sur Ma Page :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :