chronique,  simplementpro

Chronique de La ligne jaune de Baptiste Chapuis

Chronique de La ligne jaune de Baptiste Chapuis

Titre La ligne jaune

Auteur : Baptiste Chapuis 

Editeur : auto-édition

Genre : autobiographie

Format Papier, 248 pages – 16,90 €, numérique – 3,99 €

Sortie : le 14 janvier 2019

Résumé 

« Dans ma mémoire il y a un trou à cet endroit, une pièce noire, un néant creusé par une année d’agonie. Quelque chose dans mon histoire est resté figé là, sur le bord de la route ; mais pour la première fois depuis des mois, je me sentis apaisé, comme si le monde marquait enfin une vraie pause. Ce vécu m’a amené à ressentir une incapacité complète à être vraiment heureux ou malheureux. Depuis cette aventure, donc depuis des années, qu’il pleuve ou qu’il vente, je me tiens immobile comme une pierre. En restant le témoin d’une vie qui défilait sous mes yeux comme un long fleuve tranquille, j’ai tiré un trait sur le temps et le monde, afin d’oublier ma propre existence, pour transcender la réalité elle-même. Ce qui m’effraie, je l’avoue, c’est que je suis encore jeune, et parfois, il me semble que ma vraie vie n’a pas encore débuté, ou bien qu’elle est déjà terminée. »

Un retour aux sources de l'auteur, pour cette expédition dans le monde de la maladie. À travers ce récit, il nous emmène avec lui dans sa treizième année de vie ; une année qui va lui dérober son innocence.

Mon avis

Baptiste a 13 ans lorsque sa vie bascule. Entouré d'une famille aimante, d'un frère complice, sa vie est bouleversée ce matin-là alors qu'il découvre son père s'étouffant dans la salle de bains, crachant du sang par jets. Dans ses yeux d'enfants, cette image est restée gravée à tout jamais. Après des examens médicaux, le verdict tombe : son père est atteint d'un cancer du poumon. 

Vous l'aurez compris, ce récit est autobiographique, Baptiste Chapuis a livré son histoire, celle de la maladie de son père, de l'accompagnement vers la mort, de la fin de l'insouciance, de l'incompréhension face à la vie. C'est un sujet difficile, une histoire douloureuse. Je n'ai, pour ma part, jamais perdu de proches dans ces conditions, mais je connais les dégâts que cause cette saleté de maladie. Le cancer, c'est un combat difficile à gagner… 

On sent de la colère chez l'auteur, dans ses mots, dans sa plume. De la colère contre la société, la politique, la vie en général. Il est jeune et utilise un vocabulaire riche, voir même compliqué par endroit, a des références littéraires nombreuses. Il arrive à décrire l'ambiance, les décors, l'atmosphère avec précision. Seulement, quand on lit, on se perd un peu entre l'adolescent et l'adulte. Qui parle vraiment ? Suit-on le récit d'un enfant qui nous raconte la maladie de son père ou la vision de l'adulte sur le monde ? Même si ces pensées très libérales, voire très tranchées parfois, laissent à réfléchir et sont certes intéressantes, je me suis demandée si elles étaient réellement pertinentes dans ce récit. 

En tout cas, sa façon d'évoquer la maladie, sa façon de garder les choses pour lui, de tracer son chemin sur cette ligne font de ce livre une très belle réussite. On sent la sincérité, la tristesse, la pudeur de l'auteur. Sa plume est fluide, il utilise un vocabulaire élaboré, un style incisif parfois, tendre à d’autres. J'espère que ce moment d'intimité partagé lui aura permis de se libérer, d'aider ses proches et permettra aux personnes qui connaissent ce drame de la vie, malades comme accompagnants de trouver un peu de paix. 

Merci à Baptiste Chapuis et à Simplement pour ce service presse. 

L'auteur

Baptiste Chapuis naît en 1992 d’un père vietnamien et d’une mère française. Il quitte sa petite province franc-comtoise à l'âge de 22 ans, avec un besoin d’ailleurs, une envie de découvrir l'autre bout de la France. Montpellier lui apparaît alors comme sa future ville de cœur et de résidence. Amoureux des arts, pratiquant le dessin, il cultive également une forte affection pour les mots et leurs portées. Aujourd’hui il se lance, et nous livre son premier roman autobiographique « La ligne jaune », voulant vérifier par lui-même l'adage selon lequel « c’est un forgeant qu’on devient forgeron ».

 

Partage 🙂
error

Aurore Et Ses Bulles, C'est L'association De Mes Deux Pages Aurore Et Ses Bulles De Couleurs Où Je Parle De Créations, De Créatrices, D'artisanat, De Made In France, J'y Crois Et J'adore Ça !! Je Teste Aussi Des Produits Et Vous Donne Mes Avis, Vous Y Trouvez Aussi Des Jeux Et Des Concours. Puis Ma Seconde Page Aurore Et Ses Bulles De Mots Où Je Fais Des Chroniques De Livres, Quelques Concours, Elle Existe Depuis Peu Et Est En Voie D'amélioration, Du Moins Je L'espère :) J'ai 42 Ans Je Vis Dans Le Sud Avec Papa Zours, Mon Mari Depuis 12 Ans, Ma Louloute De 10 Ans. Educatrice De Métier, J'ai Cessé Mon Activité Suite À Une Fibromyalgie Quelque Peu Envahissante ... Bonne Promenade Sur Ma Page :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *