journée mondiales et internationales

19 juin, 2 journées à célébrer : journée mondiale de lutte contre la drépanocytose et Journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle en temps de conflit

19 juin, 2 journées à célébrer : journée mondiale de lutte contre la drépanocytose et Journée internationale pour l'élimination de la violence sexuelle en temps de conflit19 juin, 2 journées à célébrer : journée mondiale de lutte contre la drépanocytose et Journée internationale pour l'élimination de la violence sexuelle en temps de conflit

Aujourd'hui, 2 journées à célébrer : 

Journée mondiale de lutte contre la drépanocytose

Cette journée instaurée depuis 2003 est le point d’orgue de toute une semaine (du 12 au 19 juin) pour sensibiliser le grand public sur cette maladie génétique du sang. La drépanocytose affecte plus particulièrement les populations originaires d’Afrique subsaharienne, des Antilles, d'Inde, du Moyen-Orient et du bassin méditerranéen. Elle résulte d’une malformation des globules rouges qui bloque le transport de l’oxygène dans le sang. Les personnes drépanocytaires ont donc besoin régulièrement des transfusions de globules rouges.

La lutte contre la drépanocytose figure depuis 2009 parmi les priorité de l’OMS pour le continent africain et occupe le 4ème rang dans les priorités en matière de santé publique mondiale après le cancer, le sida et le paludisme.
Le 19 juin représente la journée mondiale de lutte contre cette maladie. Touchant plus de 50 millions de personne à travers le monde, la drépanocytose  touche de plein fouet les populations des continents Africain et Asiatique.

Sur 300 000 nouveaux nés  nouveaux cas chaque année, 50% d’entre eux n’atteindront jamais leur 5ème anniversaire…

Sources :

–  https://www.nmmedical.fr/blog/2017/06/19/journee-mondiale-de-drepanocytose/

 https://dondesang.efs.sante.fr/le-19-juin-cest-la-journee-mondiale-de-lutte-contre-la-drepanocytose

 

 

Qu'est-ce que la drépanocytose?

La drépanocytose est une maladie génétique de l’hémoglobine, une substance contenue dans les globules rouges, qui sert à transporter l’oxygène à travers le corps. La maladie se manifeste par une anémie (se traduisant par une fatigabilité, des vertiges, des essoufflements…), une sensibilité aux infections, et des crises douloureuses causées par une mauvaise circulation sanguine et par le manque d’oxygénation des tissus (surtout les os). Les manifestations sont très variables d’une personne à l’autre et, pour une même personne, d’un moment à l’autre.

Une campagne de sensibilition chaque année

L'Association Pour l'Information et la Prévention de la Drépanocytose (APIPD) préconise une « stratégie nationale active » permettant de faire évoluer les comportements et la prise de conscience au sujet de la drépanocytose.

 

CAMPAGNE DE SENSIBILISATION : DU 12 JUIN AU 19 JUIN

DRÉPACTION 2018

La drépanocytose brise les os, brisons le silence !

Un combat est une lutte difficile à mener et pour cause… Chacun a son histoire avec la drépanocytose. Chacun vit différemment avec la maladie.
L’Association Pour l’Information et la Prévention de la Drépanocytose (APIPD) mène, depuis près de 30 ans, un combat sans merci contre la drépanocytose, maladie génétique due à une anomalie de l’hémoglobine.
Cette pathologie méconnue a le triste privilège d’être la maladie génétique la plus répandue dans le monde et aussi la plus mal connue. Elle touche, en France, presque 26 000 malades et plus de 150 000 porteurs sains avérés, c’est-à-dire des transmetteurs.

Source http://www.apipd.fr/communique/campagne-de-sensibilisation-du-12-juin-au-19-juin/

Pour plus de renseignements sur la maladie : 

https://www.orpha.net/data/patho/Pub/fr/Drepanocytose-FRfrPub125v01.pdf

 

 

Journée internationale pour l'élimination de la violence sexuelle en temps de conflit

Le 19 juin 2015, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté par consensus la résolution 69/293 proclamant le 19 juin Journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle en temps de conflit afin de sensibiliser à la nécessité d’y mettre un terme, de manifester de la solidarité envers les victimes et de rendre hommage à celles et ceux qui luttent en première ligne pour éliminer ces crimes.

L’expression « violences sexuelles liées aux conflits » recouvre des actes tels que le viol, l’esclavage sexuel, la prostitution, la grossesse, l’avortement, la stérilisation et le mariage forcés et toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable, perpétrés contre des femmes, des hommes, des filles ou des garçons, et ayant un lien direct ou indirect avec un conflit. Le terme englobe également la traite des personnes lorsqu'elles sont commises dans des situations de conflit à des fins de violence ou d'exploitation sexuelle.

« Il n’est pas rare que les enfants nés d’un viol commis en temps de guerre soient encore aux prises, des dizaines d’années après la fin du conflit, avec des troubles de l’identité et des problèmes d’appartenance. (…) Leurs mères peuvent se retrouver marginalisées ou répudiées par leur famille et leur communauté. (…) À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle en temps de conflit, nous joignons nos voix à celles de ces victimes oubliées de la guerre, qui subissent la stigmatisation, l’opprobre et l’exclusion dans des sociétés déchirées par les conflits armés.  » — Message du Secrétaire général de l’ONU, António Guterres

Source : http://www.un.org/fr/events/elimination-of-sexual-violence-in-conflict/index.shtml

Selon les représentants de l'ONU, la Journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle en temps de conflit ne peut pas être considérée comme une journée qui s’ajoute simplement à 120 autres, elle doit être une source d'inspiration pour des normes internationales de reddition de comptes. Tout un programme.

L'assemblée a par ailleurs souligné le rôle que pourrait jouer la Cour pénale internationale (CPI) dans la lutte contre la violence sexuelle et a appelé à la sensibilisation des dirigeants politiques, des Casques Bleus et des policiers en service dans les missions de maintien de la paix de l'ONU.

Retour sur la première Journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle en temps de conflit

 

Quelles avancées ?

En 2016, trois décisions majeures dans la lutte contre la violence sexuelle dans les conflits armés ont été rendues :

  • En février, un tribunal national du Guatemala a condamné deux anciens officiers de l’armée pour des faits de violence sexuelle lors de la guerre civile dans le pays. Pour la première fois dans le monde, une juridiction nationale s’est penchée sur des accusations d’esclavage sexuel dans le cadre d’un conflit armé grâce au travail mené par des organisations de femmes auprès de femmes autochtones pour les aider à élaborer leurs dossiers de plainte.

  • En mars, la Cour pénale internationale (CPI) a rendu sa première condamnation pour des crimes sexuels et basés sur le genre. Trois juges féminins ont présidé l’audience à laquelle comparaissait l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, grâce à une participation des femmes victimes et témoins de République centrafricaine.

  • En mai, au Sénégal, les Chambres africaines extraordinaires ont condamné l’ancien président du Tchad, Hissène Habré, pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, y compris des faits de viol et d’esclavage sexuel. C’est la première fois qu’un ancien chef d’État est tenu personnellement responsable d’actes de viols considérés comme des crimes internationaux. Cette condamnation a été rendue possible grâce aux témoignages de femmes et à la détermination des juristes, des avocates et avocats des victimes, des défenseuses et défenseurs des droits humains et des organisations de la société civile au niveau local et international.

Ces jurisprudences historiques doivent être saluées ainsi que le rôle central dans ces cas de femmes juges, procureures, témoins et victimes.

http://www.onufemmes.fr/retour-sur-la-premiere-journee-internationale-pour-lelimination-de-la-violence-sexuelle-en-temps-de-conflit/

Si ces sentences sont maintenues, si dans la durée on continue à punir ce crime, si on aide ces femmes qui malgré tout selon les coutumes de leurs pays seront souvent rejetées alors il y aura une véritable avancée. Mais cette loi est encore très jeune il faut laisse le temps faire son oeuvre!

Partage 🙂
error

Aurore Et Ses Bulles, C'est L'association De Mes Deux Pages Aurore Et Ses Bulles De Couleurs Où Je Parle De Créations, De Créatrices, D'artisanat, De Made In France, J'y Crois Et J'adore Ça !! Je Teste Aussi Des Produits Et Vous Donne Mes Avis, Vous Y Trouvez Aussi Des Jeux Et Des Concours. Puis Ma Seconde Page Aurore Et Ses Bulles De Mots Où Je Fais Des Chroniques De Livres, Quelques Concours, Elle Existe Depuis Peu Et Est En Voie D'amélioration, Du Moins Je L'espère :) J'ai 42 Ans Je Vis Dans Le Sud Avec Papa Zours, Mon Mari Depuis 12 Ans, Ma Louloute De 10 Ans. Educatrice De Métier, J'ai Cessé Mon Activité Suite À Une Fibromyalgie Quelque Peu Envahissante ... Bonne Promenade Sur Ma Page :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *