journée mondiales et internationales

12 juin, journée mondiale contre le travail des enfants

12 juin, journée mondiale contre le travail des enfants12 juin, journée mondiale contre le travail des enfants

Aujourd'hui, partout dans le Monde, des enfants sont obligés de travailler pour survivre ou sont exploités par des réseaux. Cette journée mondiale contre le travail des enfants insiste sur l'importance des droits de l'enfant à l'éducation et constitue une violation de leurs droits fondamentaux inscrits dans la Convention des Droits de l'Enfant.  Ainsi  l’Organisation Internationale du Travail (OIT) a créé la Journée mondiale contre le travail des enfants en 2002.

Chaque année, un thème est mis en place pour cette journée. Cette année, elle est combinée avec une campagne pour la sécurité et la santé des travailleurs. ( pour en savoir plus http://www.un.org/fr/events/childlabourday/)

 

Pour commencer qu'est-ce que le travail des enfants?

Le concept de « travail des enfants » regroupe l’ensemble des activités qui privent les enfants de leur enfance, de leur potentiel et de leur dignité, et nuisent à leur scolarité, santé, développement physique et mental.

Il fait référence à des travaux dangereux pour la santé et le développement physique, social ou mental des enfants; qui compromettent leur éducation, en les privant de toute scolarisation, en les contraignant à abandonner prématurément l’école ou en les obligeant à accumuler des activités scolaires et professionnelles excessivement longues et trop pénibles pour eux.

Dans ses formes les plus extrêmes, le travail des enfants concerne les enfants réduits en esclavage, séparés de leur famille, exposés à des risques et des maladies graves, et/ou livrés à eux-mêmes dans les rues des grandes agglomérations, souvent dès leur plus jeune âge.

Que cette forme particulière de travail rentre ou non dans la dénomination « travail des enfants » dépend de l’âge de l’enfant, la nature des travaux exécutés, les conditions dans lesquelles ils s’exercent et les objectifs poursuivis par chaque pays. La réponse varie d’un pays à l’autre et d’un secteur économique à l’autre.

Source : http://www.un.org/fr/events/childlabourday/background.shtml

Des âges sont déterminés selon les pays pour travailler. L'âge minimum de base est de 15 ans (14 ans dans les pays en développement).  Pour les travaux légers (quelques heures uniquement et occasionnellement) la limite est fixée à 13-15 ans (12-14 ans dans les pays en développement). Enfin, pour les travaux dangereux, la limite est repoussée à 18 ans (16 ans sous certaines conditions dans les pays en développement).

Les travaux dangereux sont des tâches ménagères effectuées pendant de longues heures dans un milieu malsain, dans des lieux dangereux et nécessitant l’utilisation d’outils et de matériaux dangereux ou obligeant l’enfant à porter des objets trop lourds.

Il existe d'autres formes de travail parmi les pires ! il s’agit de toutes les formes d’esclavage ou les pratiques similaires telles que le travail forcé, la traite, la prostitution, la pornographie, le recrutement forcé ou obligatoire pour les conflits armés, le trafic de stupéfiant….

Aujourd'hui, L'Unicef estime qu'il y a environ 158 millions d’enfants de moins de 15 ans à travers le monde qui sont pris au piège du travail dont 73 millions effectuent de travaux dangereux). La grande majorité de ces enfants ont peu d’espoir d’obtenir une éducation ou de se débarrasser du fardeau de l’analphabétisme qui compromet leur avenir.

L'Unicef lutte au quotidien à travers à le monde contre le travail des enfants. 

Plus d'infos ! https://www.unicef.org/french/protection/57929_44437.html

http://www.un.org/fr/events/childlabourday/index.shtml

 

 

Programme international pour l'abolition du travail des enfants (IPEC)

Un programme a donc été mis en place afin de lutter contre ce fléau. 

Outre la Convention des droits de l'enfant, l'Organisation Internationale du Travail (OIT) adopte en 1999 la Convention sur les pires formes de travail des enfants (ou Convention n° 182), mettant l'accent sur l'importance d'une éducation de base gratuite pour l'enfant et sur la nécessité de le soustraire des pires formes de travail tout en assurant sa réadaptation et son intégration sociale.

L'OIT lance aussi le Programme international pour l’élimination du travail des enfants (IPEC), avec comme objectif global « l’élimination progressive du travail des enfants par le biais du renforcement des capacités des pays à s’attaquer au problème et la promotion d’un mouvement mondial de lutte contre le travail des enfants ». Bien que l’objectif du programme soit l’élimination progressive du travail des enfants, l’IPEC s’est fixé comme cibles prioritaires les pires formes de travail des enfants, telles que définies dans la Convention n° 182, c'est à dire:

  • toutes les formes d’esclavage ou pratiques analogues,
  • telles que la vente et la traite des enfants,
  • la servitude pour dettes et le servage ainsi que le travail forcé ou obligatoire, y compris le recrutement forcé ou obligatoire des enfants en vue de leur utilisation dans des conflits armés;
  • l’utilisation, le recrutement ou l’offre d’un enfant à des fins de prostitution, de production de matériel pornographique ou de spectacles pornographiques;
  • l’utilisation, le recrutement ou l’offre d’un enfant aux fins d’activités illicites, notamment pour la production et le trafic de stupéfiants, tels que les définissent les conventions internationales pertinentes;
  • les travaux qui, par leur nature ou les conditions dans lesquelles ils s’exercent, sont susceptibles de nuire à la santé, à la sécurité ou à la moralité de l’enfant.

Source: Organisation Internationale du Travail (OIT)

Les conséquences du travail sur les enfants.

Les conséquences sont multiples et souvent tragiques. Les enfants ne recevant pas d'enseignements sont majoritairement analphabètes et sont donc obligés de continuer à travailler dans des conditions précaires toute leur vie. 

Le travail dangereux a des répercussions graves sur la santé : maladies, décès … Selon le métier exercé on peut en imaginer les conséquences : enrôlement de force dans les forces armées peut amener à une mort prématurée. Servitude, traite : coups, brûlures, maltraitances diverses, difficultés psycho-sociales et physiques. Prostitution : Sida, traumatismes diverses, maladies. Il existe énormément de conséquences, je vous conseille de lire ce document qui reprend clairement les conséquences tragiques que vivent ces enfants. http://www.in-terre-actif.com/trousse1/texte5.html

Pour aller plus loin : http://www.in-terre-actif.com/trousse1/textes_index.html

 

 

Partage 🙂
error

Aurore Et Ses Bulles, C'est L'association De Mes Deux Pages Aurore Et Ses Bulles De Couleurs Où Je Parle De Créations, De Créatrices, D'artisanat, De Made In France, J'y Crois Et J'adore Ça !! Je Teste Aussi Des Produits Et Vous Donne Mes Avis, Vous Y Trouvez Aussi Des Jeux Et Des Concours. Puis Ma Seconde Page Aurore Et Ses Bulles De Mots Où Je Fais Des Chroniques De Livres, Quelques Concours, Elle Existe Depuis Peu Et Est En Voie D'amélioration, Du Moins Je L'espère :) J'ai 42 Ans Je Vis Dans Le Sud Avec Papa Zours, Mon Mari Depuis 12 Ans, Ma Louloute De 10 Ans. Educatrice De Métier, J'ai Cessé Mon Activité Suite À Une Fibromyalgie Quelque Peu Envahissante ... Bonne Promenade Sur Ma Page :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *